En quoi consiste le projet ?

Les 4ème et 3ème millénaires av. J.-C. correspondent en Iran à une période d’apogée d’un premier grand cycle d’urbanisation qui avait commencé dans la région avec le développement de l’agriculture et de l’élevage (néolithique) et l’apparition des premières villages vers le 9ème / 8ème millénaire av. J.-C. Alors que s’épanouissent la civilisation sumérienne en Mésopotamie et la civilisation de l’Indus au Pakistan / Inde, cet apogée est caractérisé en Iran par l’apparition des premiers systèmes d’écriture, de l’art et de grandes agglomérations, telles Tal-i Malyan (l’antique Anshan) dans la province du Fars (Fars occidental), étudiée par une équipe américaine dans les années 1970, ou Konar Sandal, découvert et exploré par une équipe internationale dans les années 2000 dans la vallée du Halil Rud (province de Kerman), un des principaux centres de peuplement de l’ancien État de Marhashi.

Séparés par quelques 550 km, le Fars occidental et la vallée du Halil Rud, se distinguent notamment l’un de l’autre au 3ème millénaire av. J.-C. par une culture matérielle très différente, révélant l’existence d’une frontière archéologique entre les deux régions. Sur cette frontière archéologique se superposait peut-être de plus une frontière politique avec la présence des États de Marhashi et d’Anshan dans le sud de l’Iran, tels que nous les laissent entrapercevoir les textes cunéiformes mésopotamiens de la 2ème moitié du 3ème millénaire av. J.-C.

Peu explorée jusqu’à maintenant, cette zone de frontière reste par conséquent très mal connue et constitue l’un des principaux trous dans la carte archéologique iranienne. Poursuivant les repérages commencés dans la région du Fars Oriental en Juin 2015, dans la vallée de Forg notamment où des vestiges du 5ème et du 3ème millénaire av. J.-C. ont pu être repérés, ce projet comprendra la poursuite de l’exploration des vallées du Fars oriental par le biais de prospections dans un premier temps, avant d’entreprendre des fouilles sur un site pouvant documenter  plus spécifiquement les 4ème et les 3ème millénaire av. J.-C.

Qui va le réaliser ?

Je serai le responsable de la composante occidentale de ce projet. Le co-directeur iranien sera plus spécifiquement désigné par l’Iranian Center for Archaeological Research (ICAR) une fois que le budget réuni.
Des étudiants européens et iraniens collaboreront avec nous sur ce projet.

Quand sera-t-il réalisé ?

Après une première approche des vallées de Fasa, Darab et Forg en Juin 2015 (voir les photos), la prochaine étape consistera à prospecter d’autres vallées du Fars oriental, telles les vallées de Kuydar (27°27’44 » N ; 55°25’24 » E) ou Shahnar (28°01’39 » N ; 55°05’40 » E).
Si les fonds nécessaires sont réunis d’ici là, une première campagne de prospection sera menée durant l’hiver 2016-2017.

Comment l’argent sera-t-il exactement dépensé ?

Il s’agit d’un projet d’archéologie ‘classique’, comprenant tout d’abord des prospections qui déboucheront j’espère sur le choix d’une vallée et d’un site précis sur lequel seront menées des fouilles stratigraphiques et extensives, à l’issue desquelles diverses analyses seront réalisées. Certaines de ces dépenses ont été détaillées ici.
Une campagne de prospections réunit de 5 à 10 personnes pendant 1 mois (salaires + frais de nourriture), dépenses auxquelles il faut ajouter la location d’une maison et d’une voiture ainsi que le recours à une personne chargée de dessiner les tessons de céramique découverts lors de la prospection.

Dans ces conditions, j’estime qu’il faut réunir un budget de 5000 à 10000 euros afin de commencer les premières prospections.